Ce chien a un message que vous allez forcément partager

0
23
http://resize-elle.ladmedia.fr/r/400,279,ffffff,forcex,center-middle/img/var/plain_site/storage/images/societe/news/ce-chien-a-un-message-que-vous-allez-forcement-partager-3515171/83333474-1-fre-FR/Ce-chien-a-un-message-que-vous-allez-forcement-partager.jpg

Cette internaute américaine a trouvé un excellent moyen de faire passer son message. Bree Wiseman, une Américaine de 22 ans, a publié le 22 juillet sur son compte Facebook une photo de son chien. Rien d’exceptionnel jusque-là, certes. On découvre la photo d’un pitbull et, posée sur une table, une assiette emplie de nourriture. C’est la légende qui fait toute la différence. La jeune femme s’adresse à tous « ceux qui disent que les femmes sont violées à cause de la manière dont elles s’habillent ». Trop de femmes sont encore confrontées à ce genre de reproches quand elles se font agresser : « en même temps, elle s’habille super sexy », « tu as vu comme sa robe était courte » ou encore « qu’est-ce qu’elle faisait dehors à cette heure-là ? » Autant de remarques totalement déplacées qui tendraient à faire basculer la faute sur la victime. Pourtant, on le rappelle, ce qui n’est pas normal c’est de se faire agresser et d’imaginer qu’« on l’a bien cherché » parce qu’on porte une robe ou des talons, ou qu’on a bu un ou plusieurs verres.
 

                           
 

« La seule personne à blâmer quand il y a un viol, c’est le violeur. »

La légende sous la photo de Bree Wiseman est éloquente : « Voici mon chien. Sa nourriture préférée est le steak. Il a les yeux rivés sur mon assiette. Il ne s’approchera pas plus parce que je lui ai dit non. Si un chien se comporte mieux que vous, vous devez réévaluer votre vie », écrit-elle. Un message très fort qui a été extrêmement relayé sur la Toile. « La seule personne à blâmer quand il y a un viol, c’est le violeur. C’était sa décision de violer. Les gens ne devraient pas avoir à s’inquiéter de ce qu’ils choisissent de porter à cause de la peur d’être violé. Je veux que les gens se rendent comptent que c’est un problème, et s’unissent contre le fait de blâmer les victimes », a confié la jeune femme à l’édition américaine du « Huffington Post ». Elle a elle-même été agressée sexuellement et tient aujourd’hui à rappeler que quand on dit « non », c’est « non » ! « Si un pitbull de quatre ans comprend le mot « non », même s’il regarde quelque chose qu’il désire tellement au point d’en baver, alors les adultes devraient comprendre le mot « non », peu importe la manière dont l’autre adulte est habillé », poursuit-elle. Emmanuelle Piet, la présidente du Collectif féministe contre le viol, nous rappelait en 2016 que « le viol est un crime que subissent en France plus de 84 000 femmes adultes chaque année ». Et que « près de 80% des agresseurs sont des proches ». Il faut le redire et le redire : ce n’est jamais la faute des femmes, mais bien celle des agresseurs. Bree Wiseman conclut son message avec ces mots : « N’hésitez pas à partager, mon chien est adorable. » Ecoutez-la !

Le numéro à retenir : Viols femmes informations, au 0 800 05 95 95.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here